AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 KIBA KIBA KIBA KIBA KIBA !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiba Inuzuka
- j'aime les animaux, désolé.
avatar

Masculin
▌Messages : 208
▌Âge du personnage : 22
▌Localisation : Konoha city
▌État d'esprit : Excité. Comme d'hab, quoi.

Encre de chine
▌Situation: Ma team et moi, c'est pour la vie !
▌Spécialité: Affinité canine.
▌Nindô: Niquer leur gueules à Neji et Sasuke en même temps.

MessageSujet: KIBA KIBA KIBA KIBA KIBA !   Dim 24 Oct - 17:10

We're adults now, right ? when did that happen and how do we make it stop ?


    INUZUKA Kiba

    Date de naissance : 7 juillet
    Âge : 16 ans
    Sexe : Masculin
    Groupe sanguin : B
    Village : Konoha
    Etat civil : Célibataire
    Grade : Chûnin


    "T'as promis avec la pose du mec cool, maintenant, t'es obligé de tenir ta promesse !"


    Tsume Inuzuka était ce qu'on peut appeler une féministe affirmée. Elle avait une tendance naturelle à dénigrer l'avis des hommes, car c'était bien connu, les hommes étaient tous des branleurs. Son mari le premier, qu'elle avait d'ailleurs fini par faire fuir alors que Kiba n'avait que huit ans ; il n'en gardait que peu de souvenirs, voyant surtout son paternel comme la victime principale des sautes d'humeurs de sa génitrice, qui avec le temps avec déplacé celles-ci contre son fils. En cela, Kiba comprenait Shikamaru, et s'était forgé, tout comme lui, un certain tempérament machiste consolidé par l'hystérie souvent injustifiée de sa mère et par l'indifférence de sa soeur, qui pouvait se permettre les mêmes choses que lui sans se faire systématiquement incendier par la suite. Il ne se l'avouerait cependant pas, mais contrairement au descendant Nara il considérait ce traitement de faveur comme une garantie de sécurité, car bien souvent les cris de Tsume ne faisaient que prouver l'amour qu'elle lui portait et sa volonté de faire de lui un homme respectable. Aujourd'hui, c'était sûrement encore une fois le cas.

    « Je le ferais pas. »
    « Oh que si tu le feras, et tout de suite. » martela la femme en jetant un regard noir à son rejeton.

    Kiba se renfrogna. A ses pieds, le grand panier contenant la dernière portée de chiots dont ils avaient la charge était vide, à l'exception d'une petite boule de poils noire, qui avait autrefois été aussi vivante que les autres. Il arrivait souvent que l'un des nouveaux-nés soit plus faiblard que les autres, plus fragile, comme si ses frères et soeurs avaient pompé toute l'énergie vitale de leur mère sans en laisser la moindre parcelle au petit dernier. Kiba avait eu beau les repousser pour lui laisser une place à l'heure de se nourrir, mais indubitablement il finissait toujours par se faire écraser et repousser par ceux que la nature avait choisit de valoriser. Maintenant, il était mort.

    « Je veux pas. » répliqua une nouvelle fois l'adolescent d'une voix un peu plus morne, sachant d'ors et déjà qu'il n'aurait pas le dernier mot. Avec Tsume, cela relevait de l'ordre de l'impossible.

    L'air agacé de cette dernière se changea pourtant lentement en quelque chose de plus calme, compatissant même. Elle s'approcha du panier pour saisir le chiot et se redressa pour le mettre dans les mains de son fils.

    « Il y a des choses inévitables dans l'existance. Le moindre des efforts à faire face à cela, c'est de l'accepter. C'est au maître d'enterrer son animal quand celui-ci meure, et c'est ce que tu feras un jour avec Akamaru ; mais quand ils n'ont personne, nous nous en occupons chacun à notre tour. Aujourd'hui, c'est à toi. »

    Détournant le regard, Kiba tenta d'ignorer le poids pourtant presque insignifiant qui pesait entre ses mains. Lui qui passait toujours pour l'inconscient de le je-m'en-foutiste de service n'aurait pas aimé que Neji ou Ino fussent là pour assister à cette scène. Parce que ce chiot était le dernier de sa bande, parce qu'il était le plus opprimé, il s'était teinté d'une affection particulière à son égard. Depuis sa naissance Kiba avait secrètement nourrit l'espoir qu'il deviendrait plus fort, plus résistant, voire même le plus résistant de tous, comme une sorte de vengeance face à l'éternel. Le nouveau chûnin ne possédait pas encore cette fatalité propre à l'âge adulte qui assombrit d'emblée l'image que l'on a du monde, et il ne pouvait nier que la nouvelle l'avait choqué quand, le matin même Hana la lui avait annoncée alors qu'il avait encore la tête plantée dans son café au lait. Il allait être en retard à son entraînement quotidien, mais il savait que Tsume avait raison ; parmi tous les membres du clan, c'était certainement à lui de le faire.

    Sans répondre, le châtain tourna le dos à sa mère pour gagner l'extérieur. Il longea les chenils, ses sandales soulevant la terre batue rendue aride par la présence constante des chiens et de leurs maîtres qui venaient là pour jouer ou se livrer aux exercices d'entraînement les plus basiques. Une ou deux fois une voix familière le héla pour lui demander où il allait, mais il ne prit pas la peine de répondre. Seul Akamaru, qui furetait dans le coin et qui avait décidément bien grandit comme le lui avait fait remarquer Naruto quelques jours plus tôt, reçut une marque d'attention de la part de l'Inuzuka qui le siffla pour le faire rappliquer à ses côtés dans sa marche funèbre.

    Au bout de quelques minutes, ils arrivèrent dans un petit cimetière, caché par une frontière d'arbres aux feuilles épaisses. Il régnait là une paix irréfutable, promesse peut-être d'un ailleurs meilleur, que les Inuzuka au fil des générations avaient réussi à instaurer en alignant fidèlement les pierres recouvrant ce qui avait été, autrefois, les corps de leurs plus fidèles alliés.

    Kiba se rendit tout au bout de la dernière rangée de tombes, et se plaça devant un petit carré d'herbe qu'il jugea adéquat. Là, il hésita un instant. Il aurait sans doute pu se servir de son chakra pour creuser, mais quelque chose lui disait que le geste serait sans doute plus honorable s'il faisait l'effort de faire cela manuellement. Sous les yeux d'Akamaru qui veillait silencieusement sur le chiot décédé, Kiba alla chercher une pelle dans une petite cabane qui trônait dans l'un des coins du cimetière, et il ôta sa veste avant de se mettre à l'ouvrage. Cela se révéla bien plus épuisant qu'il ne l'aurait cru, et il fut vite entièrement recouvert d'une pellicule de sueur animale, à laquelle s'ajoutaient ses râles à chaque fois qu'il retirait du sol une nouvelle pelletée de terre pour lui donner finalement l'aspect d'un homme-bête qui en aurait effrayé plus d'un, mais auquel étaient désormais habituée son équipe de toujours. Leur entraînement avait d'ailleurs du commencer, maintenant. Que pouvait-ils bien penser de son absence ? Kurenai n'était pas du genre à poser un jugement hâtif sur les choses, pas plus que Shino ou Hinata. Il savait qu'aucun des trois ne le soupçonnerait de sécher la séance par flemmardise, et il leur en était reconnaissant.

    Quand il jugea la tombe assez profonce, Kiba rejeta la pelle au loin pour se pencher vers le chiot qu'il attrapa, constatant en frissonant légèrement qu'il s'était raidit dans sa mort durant les quelques minutes qu'avait duré l'opération. Il savait que sa mère avait raison. Il ne voulait pas réitérer une nouvelle fois l'erreur qu'il avait un jour faite, en jetant un animal mort d'une façon similaire dans un étang au lieu de l'enterrer convenablement. C'était en plein hiver et l'étang avait gelé, emprisonnant à sa surface le cadavre du chien qui était resté là, remplissant Kiba d'effroi, lui qui pensait dans son ignorance de jeunesse qu'il aurait coulé à pic au lieu de flotter stupidement. L'image l'avait hanté pendant des mois, et lui avait servit de leçon. Expédier rapidement quelque chose de douloureux n'était jamais la meilleure des solutions ; il convenait au contraire de s'en occuper avec honneur.

    Une fois le chiot déposé au fond de la fosse, qui paraissait alors immense comparée à sa taille insignifiante, Kiba jeta un regard à Akamaru. Ce dernier le lui rendit, comprenant la situation, et Kiba espérait quelque part qu'il y avait comme de la fierté dans ses yeux. Qu'il lui aurait dit, s'il le pouvait, qu'il avait fait ce qu'il fallait.


    "Je ne suis pas un simple pervers. Je suis un Super Pervers."

    J'ai pas de carte bleue, je suis pas pervers et j'aime pas Lady Gaga.

_________________
    "The boy's got a habit to support. Opium doesn't just grow on trees, you know."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madara Uchiha

avatar

Masculin
▌Messages : 463
▌Âge du personnage : 23

Encre de chine
▌Situation: Je suis un cow-boy solitaire, babe.
▌Spécialité: grosbill.
▌Nindô:

MessageSujet: Re: KIBA KIBA KIBA KIBA KIBA !   Dim 24 Oct - 18:20

Qu'est-ce que j'aime. Que dis-je, j'adore. I love you

Allez, validé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hinata Hyûga

avatar

Féminin
▌Messages : 84
▌Âge du personnage : 23
▌Localisation : Konoha, quelque part.
ݐtat d'esprit : Tranquille.

Encre de chine
▌Situation: Ma team et moi, c'est pour la vie !
▌Spécialité: Byakugan.
▌Nindô: Je peux le faire !

MessageSujet: Re: KIBA KIBA KIBA KIBA KIBA !   Dim 24 Oct - 22:02

Ah non, y a un chien qui meurt, c'est ignoble !

(Mais j'adore aussi, quand même.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: KIBA KIBA KIBA KIBA KIBA !   

Revenir en haut Aller en bas
 
KIBA KIBA KIBA KIBA KIBA !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis Kiba et la liberté m'appartient ! [EC]
» Zedd Kiba [FINI]
» [Yumie, Anko, Kiba, Akimo][Entrée de l'école] Nous allons jouer à un jeu...
» Kreyol Ayisyen nan Kiba
» ♣ Kiba Galery!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bingo Book :: Plateau de Shôgi :: ► Examen réussi !-
Sauter vers: