AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il ne faut jamais, jamais parler aux inconnus [Pv m'sieur Toboe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Osamaru Shizuku



Féminin
▌Messages : 148
▌Âge du personnage : 21
▌Localisation : Sous un bananier magique.
ݐtat d'esprit : J'ai envie de bananes.

Encre de chine
▌Situation: J'suis trop p'tit pour sortir des jupes de mon sensei !
▌Spécialité: Banane. Euh, et Suiton.
▌Nindô: Les bananes domineront le monde !

MessageSujet: Il ne faut jamais, jamais parler aux inconnus [Pv m'sieur Toboe]   Sam 27 Nov - 19:38


IL NE FAUT JAMAIS, JAMAIS PARLER AUX INCONNUS
... même si c'est pour demander son chemin.
Osamaru s'était assise sur un arbre près des portes du village. Elle aurait préféré qu'il s'agisse d'un bananier, or ce n'était qu'un bête chêne. Elle devait donc subvenir à ses besoins par elle-même, d'où le sac en carton recyclable (car le recyclage, c'est l'avenir) posé à ses côtés et rempli à ras-bord de bananes. Uoza sensei avait fait l'erreur de croire qu'elle était assez grande pour comprendre ce que "dépenser son argent avec parcimonie" signifiait. Il avait donc accepté de lui donner un peu de l'argent de sa dernière mission, alors qu'habituellement il veillait personnellement à la façon dont elle dépensait son argent de poche. Parce qu'en plus d'être son sensei, sa nounou et sa maman adoptive, Uoza Eda était aussi devenu son tuteur. Il se forçait à songer que c'était la force des choses qui voulait cela, que ni lui ni Osamaru n'y étaient pour rien, mais il ne pouvait s'empêcher, parfois, lorsqu'il était seul et en proie au désespoir, de penser que le destin avait une sacré dent contre lui. Pourquoi moi ? se lamentait-il. Alors que je n'ai jamais souhaité avoir d'enfants, encore moins une fille, encore moins à mon âge !? Le destin restait parfois silencieux. Ou alors il lui répondait en faisant apparaître Osamaru au même moment, réponse que le Jonin n'avait même pas envie d'interpréter. Aujourd'hui cependant, il avait espéré que confier de l'argent à son élève pourrait la mener lentement mais sûrement sur le chemin de la responsabilité, et surtout lui laisser un après-midi de congé. Il était donc partit de son côté tandis qu'Osamaru dévalisait l'étal du marchand de fruits et légumes. Ensuite, comme elle ne trouvait pas son sensei, elle avait acheté un parchemin avec la monnaie restante et s'était assise dans son coin pour écrire à sa meilleure amie qui vivait à Kusa, Mikan Tajiri. Le papier était déjà parsemé de tâches d'encre, mais Mikan n'était pas le genre de fille à se préoccuper de ce genre de détail, tout comme elle ne prêterait probablement pas attention aux nombreuses fautes d'orthographe :

    Chere Mikan,

    S'est vrêment domage que tu sois pas la. L'autre joure, Uoza-sensei m'a emené mangeait un bol de ramen chez un type qui s'apèle Ichiraku, s'était trop bon. Sa fesait longtemps qu'il m'avai pas emené mangé un truc. Il dis que sa sers a rien vu que je mange des banane toutes la journé.


    Oui, je sais. Un calvaire pour tout bon RPgiste qui se respecte. J'ai l'impression de m'auto-flageller. Mais c'est le personnage qui veut ça.

    Esce que tes parent on aimer la dernièr carte postal que je tes envoyé ?? J'éspère que sa leur donnerat envi de venir ici. Je ser saur serrais super contente qu'on se revoit. Et tu ses quoi ?? L'autre joure j'ai fais ma premiére mission pour Konoha !!! J'aitais avec un chuunin qui a un chien enrome, mé moi je suis surre que ses un ours.

Osamaru s'apprêtait à ajouter un "en faite ont devais ramenez une biche qui s'aitait enffuie de son troupau". Heureusement pour tout le monde, elle fut interrompue dans l'écriture de son roman, digne d'une lettre au Père Noël d'un enfant de huit ans. Vu qu'elle comptait écrire tout le déroulement de sa mission, on peut dire qu'on a frôlé la catastrophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il ne faut jamais, jamais parler aux inconnus [Pv m'sieur Toboe]   Jeu 2 Déc - 2:00

[This is my first post RP /o/ ; Pas génial sur la fin désolé. Faut que je m'habitue à jouer ce personnage.]

    PUTAIN ! ENFIN UNE MISSION ! Le cri que Tetsura croyait seulement mental résonna dans le village comme l'avertissement de longs désordres à venir. Lorsqu'il rouvrit ses yeux inondés de larmes de bonheur, le shinobi put constater que tous les vieux et les ninjas présents dans le village semblaient être là à l'observer et étaient... Armés jusqu'aux dents. La scène resta figée pendant un moment, moment onirique. Mais heureusement pour lui, Tetsura fut celui qui se réveilla en premier et il détala sur le champ -non sans effectuer une séance d'esquives de techniques de ninjutsu et d'armes de jets diverses et variées, ainsi que d'armes perforantes, contondantes et lacérantes- se dirigeant vers le lieu du commanditaire de la mission: Konohagakure. Le village caché des Feuilles. Ah, enfin, il allait pouvoir tirer ! Les femmes de Konoha étaient bien plus nombreuses quà Taki no Kuni et certaines étaient réputés pour leur force et leur beauté, telle que le Godaime Hokage, rentrée depuis trois ans dans ses fonctions de dirigeante de leur village. Le ninja marchait d'un bon pas, exhalant une béatitude continuelle à faire peur tout le long du voyage. C'est finalement après quelques longues heures de marche(ou plutôt de course) à travers le Pays que la clairière dans laquelle Tetsura devait attendre des émissaires du village caché lui apparut. S'arrêtant, il tendit l'oreille, ne sachant pas trop s'il était arrivé en retard ou pas... Lorsque surgit devant lui deux ninjas affublés du bandeau frontal caractéristique de Konoha. D'un signe de la tête, celui qui semblait l'ainé du groupe l'intima à le suivre et ils partirent tous. Le ninja de Taki put alors admirer de ses propres yeux la fameuse forêt de Konoha, si réputée à travers le monde entier. Quand il apprendrait ça à Arame, celui-ci serait vert de rage. Il avait hâte de voir sa tête... Même s'il se doutait qu'aucunes expressions faciales ne viendraient troubler le masque d'indifférence qu'il affichait constamment, enfin, tant qu'il y a d'la vie, y a d'l'espoir comme on dit. Enfin, les deux énormes portes du village se dessinèrent et le Takien se permit un sourire. Alors ça ressemblait à ça Konoha ? Avec l'âge -j'suis pas vieux !- les souvenirs de son existence dans Kumogakure s'effaçaient et c'était donc la première fois qu'il voyait l'un des fameux villages des Cinq Grandes Nations.

    N'ayant même pas remarqué que les deux ninjas qui l'accompagnait avaient disparus, l'héritier des Toboe marchait, émerveillé par ce qu'il voyait. le spectacle qui s'offrait à ses yeux était quelque chose de grandiose. Konoha était vraiment plus grand que Taki et de loin. Pour lui qui avait vécu tellement d'années dans ce petit coin de paradis, voir autant d'étals, de magasins, de gens étaient quelque chose d'imaginable. Souriant, le shinobi à la toison bicolore ne cessait d'aller et venir, de-ci, de-là, papillonnant entre les mille et une chose qui venaient de combler son champ de vision... A tel point que, comme d'habitude, enthousiaste, il oubliait complètement ses obligations et sa mission. De toute façon pour lui, l'étranger se résumait à plus de filles, plus de beuveries et à de nombreuses rencontres. Konoha, c'était un peu le Meetic ou le Facebook du Monde de Naruto pour notre énergumène, bien peu habitué à croiser autant de jeunes femmes. Si bien qu'il avait dû mal à cacher la salive qui perlait au coin de sa bouche. Pour comprendre ce qu'il ressentait, il fallait se dire que Taki n'était peuplé qu'à 90 % de vieilles femmes, ce qui limitait assez les relations, il faut bien le dire. Une véritable machine à frustrés. Alors quand ceux-ci partaient en missions dans les autres pays, il revenait la plupart du temps avec une épouse et un môme dans les bras. Nous étions de véritables animaux en rut, prêt à se jeter sur n'importe quel proie un tant soi peu comestible, nous voulions enfin satisfaire nos appétits ! Et je ne faisais pas exception à la règle, ma recherche de femelles femmes pour assouvir mes envies pour avoir une relation stable, saine et durable étant toujours active ! L'œil sur le qui-vive, l'écume aux lèvres montrant ma détermination, je m'assurais de repérer tous les endroits où une femme aimerait aller et le visage de nombreuses villageois et kunoichi s'imprima sur ma rétine épique. Commençait alors la terrible étape de l'attaque. Incoercible, on pouvait voir le ninja de Taki se déplaçait de droite à gauche, dans un ballet étonnant, se prenant des râteaux en rafale à la vitesse grand v. Néanmoins, dans tous ces refus, il avait réussi à prendre quelques adresses et gardait donc espoir quant à ses besoins. Bon, maintenant, trêve de plaisanterie, il était temps d'aller bosser. Mais... où devait-il déjà se rendre ? Tetsura ne s'en souvenait plus... Où pouvait bien se trouver ce fichue Hokaaaaage ?

    Il demanda à plusieurs personnes et désespéré, acheta une pomme pour se sustenter. C'est alors qu'il vit une drôle de fille -qui semblait être une Gennin- et qui écrivait une lettre. S'approchant et tentant une dernière fois sa chance, il demanda:

    « Hey gamine, tu ne serais pas où j'pourrais trouver le Hokage ? »

    Il espérait être tombé sur quelqu'un de fiable, mais il en savait pas avec qui il avait à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Osamaru Shizuku



Féminin
▌Messages : 148
▌Âge du personnage : 21
▌Localisation : Sous un bananier magique.
ݐtat d'esprit : J'ai envie de bananes.

Encre de chine
▌Situation: J'suis trop p'tit pour sortir des jupes de mon sensei !
▌Spécialité: Banane. Euh, et Suiton.
▌Nindô: Les bananes domineront le monde !

MessageSujet: Re: Il ne faut jamais, jamais parler aux inconnus [Pv m'sieur Toboe]   Lun 6 Déc - 1:04

« Hey gamine, tu ne saurais pas où j'pourrais trouver le Hokage ? »
« Hum ? »

Osamaru releva le nez de sa feuille et jeta un coup d'œil en bas. Son attention était rivée sur la lettre qu'elle écrivait à Mikan, jusqu'à ce que quelqu'un la déconcentre dans sa tâche. Ce quelqu'un était un grand type baraqué qu'elle n'avait jamais vu auparavant. En même temps, elle ne connaissait pas tout le monde au village... Elle le fixa un moment d'un air étonné puis se rappela de sa question. Le Hokage, hein ? Toujours perchée sur sa branche, Osamaru jeta un coup d'œil au loin. Uoza-sensei disait que la tour de Hokage-sama était visible depuis tout Konohakagure. Il ne devait pas être bien difficile de la repérer... La Genin scruta quelques instants le grand monsieur et se dit qu'il ne devait pas être du coin. Parce que, petit un : il avait demandé son chemin. Petit deux : il lui avait demandé son chemin, à elle, Osamaru, nouvelle venue dans le village. Eh oui aujourd'hui Osamaru était perspicace. Elle sourit en comprenant qu'elle allait pouvoir se rendre utile. Personne à Amekagure n'aurait jamais songé à lui demander de l'aide pour quoi que ce soit, mais ici elle avait l'occasion de faire ses preuves ! Même si ce n'était que pour une bête question d'orientation. Elle se leva, rangea le papier et la plume dans une des innombrables poches de son pantalon, attrapa son sac rempli de bananes et sauta à terre.

« Ouais m'sieur, j'peux vous guider si vous voulez ! » répondit-elle avec entrain.

Elle bomba le torse pour avoir l'air super convaincante et super sûre d'elle, avant de mettre ses mains sur ses hanches et de faire un sourire extra-large qui brillait plus que le soleil et reflétait grandement sa motivation. Yeah ! Il ne s'agissait que de guider cet étranger jusqu'à la tour du Hokage, mais c'était une mission d'extrême importance pour elle ! Le chemin (à défaut du destin) de cet homme était entre ses mains ! Elle le guiderait jusqu'au Hokage et son sensei serait fière d'elle ! Sans attendre plus longtemps tant elle tenait peu en place, Osamaru leva le poing au ciel et attrapa son sac de l'autre main, avant de s'exclamer d'une voix forte :

« Suivez-moi, yeah ! »

Et sans plus attendre, elle détala en courant. Osamaru ne tenait déjà pas beaucoup en place en temps normal... alors ce genre de scène où on la trouvait tranquillement perchée sur un arbre à écrire une lettre, se faisait rare. *Je pourrais bien la finir plus tard*, se dit la jeune fille. Mikan ne se formaliserait pas pour si peu. De plus elle pourrait lui raconter son héroïque sauvetage de l'étranger ci-présent. Oui, Osamaru avait tendance à exagérer ses propos, mais quand elle avait quelque chose d'un peu intéressant à raconter à sa meilleure amie, elle en profitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il ne faut jamais, jamais parler aux inconnus [Pv m'sieur Toboe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il ne faut jamais, jamais parler aux inconnus [Pv m'sieur Toboe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je ne veux plus jamais te parler !(Pv Digouuu)
» Vos amis se lasseront de parler de vous ; vos ennemis, jamais ! [PV Ashlynn]
» Bosco, ou "pourquoi ne faut-il jamais énerver un futur mâle Alpha"
» Pour Quelques Pièces d'Or
» Quand on va mal, on fume, on boit et on parle surtout entre pôtes (Sacha)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shinobi Road :: Pays du Feu :: ► Konohagakure-
Sauter vers: